Qu'est-ce que la misophonie ? Notre psychologue explique comment se développe la haine des bruits du quotidien et comment la misophonie peut être vaincue.

Misophonie – Quand les sons du quotidien deviennent un supplice

Savez-vous ce que vous ressentez lorsque le grincement de la craie sur le tableau noir ou le grattage d’une fourchette sur votre assiette vous donne un véritable frisson ? Certains sons de notre environnement ont cet effet désagréable sur beaucoup d’entre nous. Imaginez maintenant que vous ayez ce sentiment avec des sons de tous les jours, par exemple les sons de mastication d’autres personnes ou le son d’un clavier. Pour ceux qui souffrent de ce qu’on appelle la misophonie, ces bruits peuvent rendre littéralement fou. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Nos antennes sur le monde

Le sens de l’ouïe est le premier sens avec lequel l’être humain à naître perçoit son environnement. Avant même de voir le monde de nos propres yeux, nous percevons déjà les sons dans le ventre de notre mère et pouvons distinguer les voix qui nous entourent. Nos oreilles sont donc, au sens figuré, également décrites comme des « palpeurs du monde », avec lesquelles nous traitons plus de deux fois plus d’impressions sensorielles qu’avec nos yeux.

Par conséquent, notre sens de l’audition joue un rôle important dans notre vie et peut déclencher en nous des émotions tant positives que négatives. La plupart des gens réagissent à certains sons, comme le grincement de la craie du tableau noir, d’une manière tout aussi désagréable. Cependant, si des sons neutres déclenchent de manière répétée des émotions négatives dans notre vie quotidienne, on parle de misophonie.

Le terme misophonie est dérivé des mots grecs « miso » (haine) et « phonie » (son). En résumé, la misophonie décrit la haine d’un son particulier.

Alors que les pleurs d’un bébé ou le bruit de la rue devant la porte ne sont pas perçus comme particulièrement dérangeants, les personnes atteintes, en revanche, peuvent difficilement tolérer d’autres sons. Il s’agit souvent des bruits de nos semblables, tels que leur gifle, leur boisson ou leur respiration. La misophonie est donc également connue sous le nom de syndrome de sensibilité sélective aux sons.

Les causes de la misophonie

Contrairement à l’hypothèse simpliste selon laquelle la cause de la misophonie se trouve dans l’audition elle-même, la misophonie n’est pas due à des lésions auditives. Les chercheurs discutent plutôt des causes psychologiques et neurales de la misophonie. On suppose que certains sons sont traités dans notre cerveau d’une manière perturbée. Par conséquent, les personnes atteintes de misophonie perçoivent comme importants des sons en réalité insignifiants et ont du mal à les bloquer hors de leur conscience. En d’autres termes, les pensées ne tournent qu’autour de ce seul son. En outre, au cours de la maladie, le cerveau peut apprendre à associer ces bruits à des aspects négatifs. Lorsque les personnes concernées perçoivent ensuite les sons, certaines régions du cerveau responsables du traitement des émotions sont particulièrement activées.

Parmi les réactions émotionnelles les plus fréquentes, les personnes concernées citent l’agressivité, la colère et le dégoût. Ainsi, on ressent une véritable haine du son.

La misophonie est donc à distinguer de la phonophobie, dans laquelle les émotions de peur sont au premier plan.

Comportement en cas de misophonie : l’environnement est-il silencieux ?

Les émotions négatives déclenchées par la misophonie peuvent provoquer une énorme souffrance chez les personnes concernées. Cette situation peut être renforcée par le fait que les personnes concernées se heurtent souvent à l’incompréhension de leurs semblables. La misophonie étant souvent liée à des sons émis par d’autres personnes, elle recèle également un certain potentiel de conflit. Afin d’éviter les problèmes interpersonnels, les personnes concernées ne voient parfois qu’une seule issue à la situation : le retrait social.

Par conséquent, les personnes atteintes de misophonie se retirent souvent de leurs propres besoins afin de ne pas avoir à s’expliquer sans cesse aux autres. En outre, d’autres changements de comportement peuvent survenir au cours de la maladie : Pour éviter d’être confrontées au bruit, les personnes concernées réorganisent parfois leur vie quotidienne (par exemple, elles dînent seules) ou essaient d’étouffer l’environnement avec leurs propres sons. Après tout, il n’y a pas de bouton de sourdine pour notre environnement. Par conséquent, les interactions sociales peuvent être extrêmement stressantes pour les personnes atteintes de misophonie.

5 conseils pour vaincre la misophonie

En définitive, la misophonie peut être très éprouvante pour les personnes qui en souffrent et pour leurs proches. C’est pourquoi nous allons vous donner ci-dessous 5 conseils pour surmonter la misophonie. Le choix de la meilleure méthode dans chaque cas dépend de vos préférences personnelles et de vos expériences antérieures.

Communiquez avec les personnes qui vous entourent

Vous avez probablement entendu l’adage selon lequel la communication est la clé. En fait, se partager avec les autres et communiquer ouvertement les sons dont vous souffrez est une étape importante. Par exemple, les informer sur les symptômes de la misophonie peut les aider à comprendre comment vous percevez le monde et ses sons. Une fois cette étape franchie, vous pouvez trouver des solutions communes à certaines situations et, par exemple, convenir de nouvelles façons de dîner ensemble (par exemple, en allumant la radio).

La détente

En fait, dans le cas de la misophonie, certains sons peuvent accaparer toute votre attention et vous empêcher de penser à autre chose. En bref, nos esprits sont déjà en surrégime. Lorsque le stress s’ajoute à cela, par exemple en raison de conflits sociaux, les symptômes de la misophonie peuvent s’intensifier encore davantage. Notre corps est alors soumis à une forte tension, ce qui peut nous rendre plus sensibles à certains sons.

Vous pouvez échapper à ce cercle vicieux en libérant une partie de cette tension. Des exercices de relaxation et de respiration peuvent vous aider à vous détendre et à reprendre le contrôle de votre corps et de vos émotions. Il existe de nombreuses façons de réduire votre niveau de stress et de retrouver le calme (par exemple, la relaxation musculaire progressive). Notre formation en ligne Fit in Stress peut également vous y aider.

Un peu de temps libre

Dans certaines situations, vous avez juste envie de couper le monde qui vous entoure pendant un moment. Parfois, des oasis sans déclencheur peuvent vous aider à prendre un peu de repos. Vous pouvez accéder à ces oasis grâce à vos écouteurs, par exemple en mettant en marche votre musique préférée ou un livre audio passionnant. Vous pouvez également trouver votre endroit calme dans l’espace, par exemple dans votre parc préféré.

Vous n’êtes pas seul

Sachez que vous n’êtes pas seul ! Bien que le terme de misophonie soit rarement utilisé dans notre vie quotidienne, de plus en plus de personnes y sont confrontées. Le nombre croissant de personnes touchées suggère que cette maladie est plus fréquente qu’on ne le pensait auparavant. Le fait de savoir que vos symptômes ont un nom peut vous aider à les accepter et à ne pas avoir à vous justifier ou à vous sentir partiellement coupable de la misophonie. Vous trouverez sur Internet divers forums où les personnes touchées par la misophonie peuvent échanger des informations. Par exemple, vous pouvez également trouver d’autres conseils utiles pour surmonter la misophonie.

Chercher un soutien professionnel

Si les stratégies à court terme visant à atténuer les symptômes peuvent être utiles, une amélioration à long terme et durable de la misophonie peut être obtenue principalement par une thérapie cognitivo-comportementale.

Comme mentionné ci-dessus, à mesure que la maladie progresse, le cerveau peut apprendre à associer certains sons à des aspects négatifs. La thérapie comportementale commence exactement là et tente de dissoudre ce lien à l’aide d’un « contre-conditionnement ». Dans ce processus, le son déclenché est diffusé à une fréquence croissante, par exemple avec des sons agréables et relaxants. Par conséquent, la réaction émotionnelle désagréable s’affaiblit et peut même disparaître complètement au cours de la thérapie, car le cerveau associe désormais ce son à des expériences positives.

La thérapie peut également aider à réduire les comportements d’évitement (comme le retrait social) et à trouver une façon utile de gérer la misophonie. Vous pouvez lire le fonctionnement exact de la psychothérapie dans notre article sur le fonctionnement de la psychothérapie. Nous avons également résumé sur notre blog la manière dont vous pouvez trouver une place en thérapie.

Ecoutez vous

En gros, il est important d’être à l’écoute de soi-même et de son corps. C’est à vous de décider lequel de ces conseils vous convient le mieux. Cependant, n’oubliez pas que les symptômes de la misophonie sont réels et ne doivent pas être supprimés. Vous trouverez certainement le soutien adéquat pour vous aider à gérer votre misophonie. La première étape est la plus importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *