Comprendre et surmonter l'apathie

Comprendre et surmonter l’apathie

Nous nous sentons tous apathiques de temps en temps. Vous ne pouvez pas vraiment vous lancer, vous vous sentez fatigué et vous n’avez pas envie de faire quoi que ce soit. C’est tout à fait normal et, dans la plupart des cas, c’est un signe que votre corps a besoin d’une pause. L’envie revient souvent dès que nous avons un regain d’énergie. Mais comment le manque de dynamisme se fait-il sentir et quelles sont les causes qui peuvent en être à l’origine ? Nous vous donnerons des réponses et vous montrerons comment vous pouvez surmonter votre manque de dynamisme.

Comment l’apathie se fait-elle sentir ?

En médecine, le dynamisme est une force motrice qui influence toutes les fonctions physiques et mentales en termes de vitesse, d’intensité et d’endurance.

Ce qu’il est difficile d’imaginer au départ, nous le remarquons dans la vie de tous les jours, notamment dans la façon dont nous sommes actifs, énergiques et motivés. Lorsque nous sommes apathiques, c’est précisément cette énergie, cette motivation et cet intérêt pour les choses qui font défaut. Cela affecte souvent notre vie quotidienne et nous avons du mal, par exemple, à aborder et à mener à bien les tâches à venir. Le manque d’entrain se fait souvent sentir dès le matin, lorsque nous avons du mal à sortir du lit. Nous nous sentons fatigués, faibles et léthargiques, même si nous avons suffisamment dormi.

En outre, l’apathie peut également s’accompagner de problèmes de concentration et d’une humeur dépressive. La durée de cette affection est très variable et dépend entièrement de sa cause.

Quelles sont les causes de l’apathie ?

L’apathie n’est pas une maladie à part entière, mais elle peut résulter de diverses causes physiques, psychologiques et environnementales. Pour vaincre votre apathie, il est important de connaître votre déclencheur.

Quelles sont les causes physiques de l’apathie ?

Les déficiences physiques et les maladies peuvent affecter les processus énergétiques et métaboliques de votre corps. Cela limite vos performances et conduit à l’apathie. Il s’agit, par exemple, de :

  • Carence en fer
  • Carence en vitamine B12 et en vitamine D
  • Déficit en liquides
  • Troubles métaboliques (par exemple, hypothyroïdie, diabète sucré)
  • Faible pression sanguine (hypotension artérielle)
  • Infections bactériennes ou virales
  • L’obésité

Les conditions environnementales

Le mauvais temps et le ciel gris peuvent nous rendre apathiques. C’est particulièrement vrai pendant la saison froide. En fonction des saisons, les jours raccourcissent et, par conséquent, la quantité de lumière du jour que nous pouvons absorber diminue. En raison de l’obscurité croissante, notre cerveau libère davantage de mélatonine, l’hormone du sommeil. En effet, les jours sombres, notre cerveau pense par erreur qu’il fait nuit et prépare notre corps au sommeil. La concentration accrue de mélatonine nous rend alors fatigués et apathiques. Cet effet est également lié à la dépression saisonnière – dite dépression hivernale.

La situation de vie actuelle

L’apathie peut également être causée par le stress, les conflits et le surmenage en général. D’une part, le stress maintient notre corps dans un état de tension pour lequel une grande quantité d’énergie est nécessaire. Si cette énergie n’est pas reconstituée, nous constatons tôt ou tard que nous n’avons plus d’énergie.

D’autre part, les conflits familiaux ou professionnels peuvent affecter notre humeur et nous donner envie d’être moins actifs en général. Un manque d’objectifs et de tâches peut également conduire à un manque de dynamisme. Par exemple, si nous ne savons pas quelle direction nous voulons prendre dans la vie, nous ne sommes souvent pas motivés pour nous lever le matin et commencer la journée avec vigueur.

Le lien entre l’apathie et la dépression

Dans certains cas, la dépression peut également être à l’origine d’un manque de dynamisme. La durée et l’intensité de votre apathie constituent les premiers indices importants.

  • L’apathie dure-t-elle plus de deux semaines ?
  • Est-ce que cela se produit la plupart du temps et la plupart des jours ?
  • Et est-ce inhabituellement grave pour vous ?

En outre, vous pouvez vérifier si vous continuez à vous sentir apathique même après que les déclencheurs supposés ont été résolus. Par exemple, lorsque le niveau de stress a diminué et que les conflits ont été résolus. Si même les stratégies précédemment utiles ne permettent pas d’obtenir plus d’énergie, cela peut indiquer une possible dépression. Dans de telles situations, il est judicieux de demander un avis médical ou psychothérapeutique afin de clarifier davantage vos symptômes et d’exclure les causes physiques possibles.

La règle est que, bien que l’apathie et la dépression se chevauchent, la dépression est plus qu’un simple manque de dynamisme. Pour qu’un diagnostic soit posé, plusieurs symptômes doivent se produire ensemble pendant au moins deux semaines. Pour plus d’informations sur les étapes et la progression de la dépression, consultez notre blog.

Surmonter un manque de dynamisme : 5 étapes pour plus de verve

Quelle que soit la cause de votre apathie, vous devez prêter la meilleure attention possible aux signes de votre corps. La bonne nouvelle est que : Dans presque tous les cas, vous pouvez faire quelque chose vous-même pour surmonter votre apathie et recharger vos batteries.

Trouvez votre équilibre entre activité et repos

Tout comme une batterie de voiture, nous, les humains, pouvons gagner de l’énergie en bougeant. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire. Facilitez-vous d’abord la tâche en faisant des choses qui vous plaisent. Les activités telles que le sport ou les promenades sont également utiles car elles stimulent votre circulation et vous mettent en forme. Il est important que vous trouviez un équilibre entre les activités et le repos. Prévoyez des moments de repos conscients et un sommeil suffisant afin de pouvoir éteindre et activer vos ressources.

Faites des plans et des listes de choses à faire

Lorsque nous sommes apathiques, il est souvent difficile de prendre des décisions et d’entreprendre des tâches. Si vous planifiez vos activités avec précision – c’est-à-dire si vous fixez une heure et un lieu – vous n’aurez pas à y réfléchir à deux fois. Vous avez ensuite un rendez-vous avec vous-même, pour ainsi dire, et vous mettez « simplement » en œuvre votre plan.

Les listes de choses à faire peuvent également être utiles. Avec cet outil, non seulement vous avez un objectif précis en tête, mais vous êtes également motivé en cochant les différents éléments. De cette façon, vous pouvez même prévenir un manque d’entraînement.

Faites attention à votre alimentation

Pour contrer un manque d’entrain dû à une carence en nutriments, vous devez veiller à avoir une alimentation équilibrée. Les aliments frais et sains sont les mieux adaptés à cet effet. Les produits prêts à l’emploi manquent souvent non seulement de nutriments importants, mais ils contiennent aussi trop de sel ou de sucre. Ce dernier fait fluctuer rapidement votre taux de sucre dans le sang et peut entraîner une certaine lassitude – la fameuse déprime de midi.

Il est également important de boire suffisamment de liquide pour que le sang circule et que le cerveau soit oxygéné. Les adultes doivent boire entre 1,5 et 2 litres d’eau ou de boissons non sucrées.

Assurez-vous d’avoir suffisamment de lumière du jour

Dans les cas où l’apathie est déclenchée par la saison ou le temps, la lumière du jour peut aider. D’ailleurs, cela s’applique également aux personnes qui passent beaucoup de temps à l’intérieur. La lumière du jour inhibe la libération de mélatonine et augmente également le taux de vitamine D, qui est responsable de notre métabolisme. En plus de la marche et des exercices en plein air, les lampes à lumière du jour peuvent vous aider. Assurez-vous qu’ils offrent une intensité lumineuse de 10 000 lux et que vous vous exposez à leur lumière pendant au moins 30 minutes par jour.

Ne restez pas seul

Faire participer d’autres personnes à vos activités peut vous aider à surmonter votre propre apathie. Par exemple, si vous vous arrangez pour aller à la salle de sport avec des amis, il sera plus difficile de céder à votre apathie et d’annuler vos compagnons. Parfois, il peut aussi être utile de ne pas avoir à prendre ses propres décisions, mais de se laisser simplement entraîner. La batterie de votre voiture reçoit alors un petit coup de pouce de l’extérieur, pour ainsi dire, et vous retrouvez votre dynamisme et votre énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *