Traiter avec les colériques : Conseils pour gérer la colère

Agir avec une personne colérique : Conseils pour gérer la colère

Imaginez que chacun d’entre nous porte un ballon devant lui. Lorsque nous sommes calmes et détendus, le ballon est également vide. Mais lorsque nous sommes stressés ou en colère à propos de quelque chose, le ballon se remplit – à tel point que parfois il éclate. Imaginez maintenant que votre ballon est constamment rempli au maximum – en permanence, pour ainsi dire. Et n’importe quelle épingle, aussi petite soit-elle, la ferait éclater. Pour les personnes que l’on appelle familièrement « colériques », c’est tout à fait vrai. Ils portent généralement un ballon gonflé devant eux, qui peut éclater à tout moment et entraîner des accès de rage apparemment incontrôlables. Cela peut aussi devenir un véritable fardeau pour votre entourage.

Mais comment reconnaître une personne colérique et comment y faire face pour se protéger ? Nous vous donnons les réponses et les conseils les plus importants.

Ce qu’est réellement une personne colérique : reconnaître les symptômes

Colérique est le terme utilisé pour décrire les personnes qui ont un tempérament chaud, déséquilibré et bouillant, c’est-à-dire qui sont sujettes à des explosions de colère soudaines, violentes et apparemment non provoquées. Les colériques sont donc souvent perçus comme très désagréables par leur environnement social, car leur colère est généralement dirigée contre les autres et ils peuvent devenir bruyants, agressifs et blessants dans leurs accès de colère. Cela peut provoquer l’impuissance, la colère et même la peur chez l’autre personne.

Le terme « colérique » dérive, entre autres, du mot grec ancien cholē, qui se traduit par bile ou fiel. Ainsi, la bile a été associée très tôt à des sentiments négatifs et à des traits de caractère tels que la colère et l’agressivité. Par exemple, quelqu’un qui est particulièrement en colère « fait monter la bile » ou doit « cracher du venin et de la bile ».

Existe-t-il une personne colérique typique ?

Même si l’on retrouve des caractéristiques et des comportements colériques généraux : Il n’existe pas de personne colérique typique. Cela commence par le sexe. Si beaucoup pensent que seuls les hommes ont des traits colériques, les caractéristiques et les comportements correspondants ne sont pas limités à un sexe spécifique – de nombreuses femmes sont également colériques. Mais il y a une différence : alors que les hommes colériques crient ou deviennent violents, les femmes colériques font généralement les deux, c’est-à-dire qu’elles sont bruyantes et jettent des objets, par exemple.

En outre, des déclencheurs très différents peuvent également conduire à des accès de rage. Par exemple, certains réagissent particulièrement aux critiques perçues, tandis que pour d’autres, c’est le crayon qui tombe qui fait éclater le ballon. Ce que tous les déclencheurs ont en commun, cependant, c’est qu’il s’agit généralement de petites choses.

Bons et mauvais côtés

Une chose est sûre : les colériques ne sont pas de mauvaises personnes en soi. C’est surtout leur comportement colérique et agressif qui peut devenir un fardeau. Mais il y a aussi des qualités colériques positives. Par exemple, les personnes colériques ont souvent beaucoup d’énergie, sont enthousiastes et enthousiastes. Ils sont également considérés comme ayant une forte volonté et sont motivés pour s’attaquer aux choses et être performants.

Pourquoi les gens deviennent-ils colériques ?

Il existe plusieurs explications pour expliquer pourquoi les gens développent des traits et des comportements colériques. Par exemple, il se peut que les personnes concernées n’aient pas appris à exprimer leurs sentiments négatifs, comme la colère, de manière appropriée et à les maîtriser. En d’autres termes, il s’agit de se défouler de manière réfléchie et lorsque cela est nécessaire pour éviter de faire éclater le ballon.

En outre, des problèmes non résolus, refoulés ou une faible estime de soi sont également des causes possibles. Les personnes concernées réagissent alors de manière très sensible aux critiques, par exemple, elles prennent rapidement les choses à cœur et ont le sentiment de devoir se défendre. Par essence, l’accès de colère du colérique ne serait alors pas une malice, mais aussi un signe d’impuissance et d’exigence excessive.

Conseils pour traiter les personnes colériques

Les explosions constantes de rage peuvent souvent devenir un grand fardeau non seulement pour les colériques eux-mêmes, mais surtout pour l’environnement privé et professionnel. Le partenaire qui pète constamment les plombs ou le patron qui engueule son équipe sans raison – il existe plusieurs façons de gérer les personnes colériques. Il peut être utile de définir des règles claires pour vous-même sur ce que vous devez faire et ne pas faire dans de tels moments.

Nos conseils portent sur ce que vous pouvez faire pour vous-même et comment vous pouvez vous protéger. Car la responsabilité de trouver un moyen de gérer les accès de colère des colériques et de les modifier incombe avant tout à la personne concernée. Soyez conscient du fait que même si nous pouvons donner un coup de main aux autres, chacun doit faire les démarches lui-même.

Ce qu’il ne faut pas dire ou faire

Continuez à provoquer – Une fois que le ballon a éclaté, il ne sert à rien de continuer à y injecter de l’air. Même si c’est parfois plus facile à dire qu’à faire. Cela ne fait qu’empirer la situation.

Donner des conseils bien intentionnés – Des conseils comme « Détendez-vous ! » ou « Restez calme ! » sont souvent bien intentionnés, mais ils peuvent alimenter encore plus une crise de colère. Le problème est que c’est exactement ce qu’ils ne peuvent pas faire : se détendre et rester calme. Cela peut les rendre frustrés et en colère.

Vouloir tout bien faire – À court terme, cela peut permettre d’éviter les conflits et même de prévenir les accès de colère individuels. À long terme, cependant, cela peut devenir un véritable fardeau si vous vous placez toujours en dernier, si vous avalez tout et si vous vous sentez petit.

Blâmer – Même si cela fait parfois « du bien » de se défouler : Personne n’est colérique par choix, et les accès de colère sont souvent un signe d’impuissance. Le blâme n’est donc pas très utile. En fait, cela exacerbe la situation au lieu de la résoudre.

Ce qu’il faut faire et dire

Dans la situation :

Restez calme – Respirez profondément et réalisez que les crises de colère disparaissent généralement d’elles-mêmes après un court moment. Essayez également d’accepter que les personnes qui en souffrent ne peuvent souvent pas s’empêcher de se mettre en colère. Cela peut vous aider à rester calme et à ne pas prendre la colère pour vous.

Changez le volume dans l’autre sens – Plus votre homologue colérique est fort, plus votre propre voix est faible.

Convenez d’un mot-signal – Il peut être utile de trouver un mot-signal à prononcer si les choses deviennent « trop ». Il peut s’agir d’une exclamation comme « Stop ! » ou d’un mot totalement libre comme « pomme de terre ». Il est préférable de se mettre d’accord sur le signal dans un moment de calme afin qu’il soit prêt à être utilisé en cas d’urgence.

Quittez la pièce – Aucun problème ne peut être résolu dans les moments de colère. Même si c’est difficile et que vous avez envie de vous défendre, il peut être utile d’aller dans une autre pièce ou de quitter la maison. De cette façon, tout le monde peut respirer.
Avant et après :

Repérer les signes avant-coureurs – Et il est préférable de le faire ensemble. Qu’est-ce qui remplit le ballon et qui le fait éclater ? Apprendre à reconnaître certains indices et signes précurseurs vous aidera à vous accorder un peu d’espace dans le temps et l’espace entre vous.

Organisez une réunion au sommet – Fixez des dates fixes où vous vous assoirez, discuterez et évaluerez le temps passé par l’autre. Écoutez vous mutuellement pendant que vous faites cela et donnez l’occasion de parler. Est-ce que tout le monde a suivi le mot d’ordre ? Avez-vous découvert de nouveaux signes d’alerte précoce ? Qu’est-ce qui a bien fonctionné et qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Ainsi, vous n’aurez pas à résoudre les problèmes quand ils sont déjà là, mais vous pourrez vous parler calmement.

Reconnaissez vos limites et vos besoins – Les situations difficiles sont plus faciles à gérer si vous êtes équilibré et entièrement avec vous-même. Créez des périodes régulières où vous pouvez vous calmer, trouver des personnes partageant les mêmes idées ou retrouver des amis qui vous soutiennent.

10 choses que j’aime chez toi – Notez dix choses que vous aimez vraiment chez la personne avec qui vous êtes. Vous pouvez aussi regarder cette liste ensemble et comprendre pourquoi il vaut la peine de trouver un moyen de gérer la colère.

Et si rien de tout cela n’aide ?

En fin de compte, si vous êtes en permanence mal à l’aise, effrayé, ou si rien ne fonctionne, il est normal de laisser tomber et de s’éloigner. Cela peut signifier changer d’emploi, rompre une amitié ou rompre avec votre partenaire. Cela peut être extrêmement difficile et sembler parfois impossible. Surtout si vous êtes très proche de la personne. C’est pourquoi il peut être utile de chercher du soutien auprès d’un bon ami ou d’un centre de conseil. Vous pouvez chercher quelqu’un à qui tendre la main. Et rappelez-vous encore une fois qu’il s’agit de vous et de votre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *